Le travail a-t-il un sens ?

Pourquoi sommes-nous sur terre ? Pourquoi vivons-nous ? Pourquoi travaillons-nous ? Pour vivre évidemment, mais pas que… Quelle est la raison d’être de notre travail ? Est-il utile à la société ? Est-il en accord avec nos convictions, nos valeurs ? Bref, notre travail a-t-il un sens ?

« Il n’est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir » Albert Camus dans « Le mythe de Sisyphe » (1985)

Une quête de sens ancrée profondément en nous.

Vers 2 ou 3 ans, apparaît chez l’enfant l’âge des « pourquoi » (dis maman, pourquoi le ciel est bleu ?). Des scientifiques cherchent depuis des décennies l’origine de la vie sur terre (théorie du Big Bang, etc). L’être humain se demande parfois (ou souvent) d’où il vient (recherche des origines), où il va, pourquoi il vit…

Le domaine professionnel n’échappe pas à cette « quête de sens ». Certains l’expliquent par l’évolution économique, d’autres par les caractéristiques de la société française, ou encore les modes de management et d’organisation du travail. Il y a certainement un peu de tout ça…

La métamorphose du travail :

Durant les derniers siècles, le travail était un devoir, synonyme de respect de l’autorité, une obligation vis-à-vis de la société. Ensuite, le travail a permis le développement de valeurs individualistes et rationnelles (sécurité et revenu financier) pour consommer et atteindre un certain bien-être.

people-crowd-question-Mushakesa_ShutterstockLe XX° siècle marque un tournant : fini les valeurs « matérialistes ». Le bien-être et la qualité de vie deviennent les valeurs primordiales et l’individu prend le pas sur le collectif. Cette transformation touche aussi le monde du travail. L’emploi est désormais considéré par la personne comme un moyen d’exprimer ses capacités, son potentiel, comme une voie de réalisation personnelle et un moyen d’obtenir des droits.

Dans un contexte de mondialisation qui a accru le rôle de la finance dans les entreprises, accéléré le temps, segmenté les tâches pour augmenter la rentabilité, face à un allongement de la ligne hiérarchique qui a complexifié les canaux de communication internes et dilué les responsabilités, comment le salarié peut-il donner un sens à son emploi ? Comment donner du sens au travail quand les délocalisations, fermetures de sites et plans de licenciements se succèdent ? Comment donner un sens au travail quand l’entreprise oublie sa raison d’être, quand elle ne contribue pas au développement de ses salariés ni de la société ?

Les enseignements des études menées :

Une étude du CEE portant sur la qualité de vie au travail en Europe entre 1995 et 2005 indique :

La France, se caractérise par une intensité du travail faible, un degré de pénibilités physiques important et une complexité du travail peu élevée. Or plus loin, on lit : moins l’activité est complexe, moins elle est enrichissante pour l’individu.

Selon une étude Opinionway pour JOBaProximite, 96% des sondés souhaitent surtout un travail « intéressant », et où ils « se sentent utiles » (95%). Le salaire arrive en 3° position avec 90% des sondés.

Comme l’étude du CEE indique que « la France est le seul pays où aucun changement significatif dans la qualité de vie au travail n’a été observé en dix ans ». Cela explique aussi peut être pourquoi cette quête de sens et d’utilité acquiert autant d’importante de nos jours.

Dans l’étude « Sens du travail, santé mentale et engagement organisationnel »  publiée par l’IRSST (2008), le professeur Estelle Morin arrive à la conclusion suivante :

Trois états psychologiques auraient donc un impact majeur sur la motivation et la satisfaction d’une personne à son travail : le sens du travail pour la personne, le sentiment de responsabilité qu’elle éprouve à l’égard des résultats qu’elle obtient, et la connaissance des résultats de sa performance au travail.

E. Morin cite également les conclusions d’études précédentes qui vont dans le même sens :

Généralement, on dit qu’un travail a du sens lorsque le sujet perçoit son travail comme ayant un but, un dessein et de la valeur, de l’importance (May et al., 2004).
Un travail a du sens pour une personne lorsque celle-ci le trouve important, utile et légitime (Hackman et Oldham, 1976).

Kasl (1992) explique qu’un employé peut s’adapter à une situation qui lui paraît absurde, c’est-à-dire qui n’a pas de sens, mais cette adaptation se fait au prix de quelque chose : ajustement des aspirations, modification des valeurs de travail; détournement de l’attention vers les relations professionnelles, augmentation de la valeur attribuée au salaire, désaffection à l’égard du travail et de l’employeur, mésestime de soi, etc.

Le docteur Philippe Rodet, médecin urgentiste et membre fondateur de la commission stress de l’ANDRH, estime que :

Le sens est la clé de la réussite, tant aux niveaux personnel que professionnel, car il est le premier facteur de motivation et de bien-être. Dans une tribune de « Focus RH » (2013) il montre combien le sens au travail peut contribuer à la motivation, mais aussi, malheureusement, dans quelle mesure cet aspect n’est pas mis en avant de nos jours.

Quelles solutions ?

Alors que paradoxalement, les employeurs ont du mal à trouver les leviers pour relancer la motivation et l’engagement des salariés, alors que l’absentéisme augmente (16,6 jours en 2012) et qu’il représente une perte importante pour les entreprises privées (près de 7 milliards d’euros), ils ne sont qu’une poignée à prendre le problème à bras le corps, le regarder en face pour essayer de mettre en place des solutions.

Il y a des solutions, du moins on peut essayer d’en trouver et de les mettre en œuvre ! Mais ça, c’est une autre histoire…

Lire la seconde partie de l’article : « Comment redonner du sens au travail ? »

Bibliographie / pour aller plus loin :

Publicités

2 commentaires sur “Le travail a-t-il un sens ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s