Le leadership : indispensable pour manager ?

La notion de management dans les entreprises est relativement récente. Elle est apparue vers la fin du XIX° siècle et le début du XX°. Pour Henri Fayol (1841-1925), considéré comme le précurseur du management, celui-ci a une fonction transversale dite « administrative » dans l’entreprise. La fonction administrative – et le management – ont pour but de veiller au bon fonctionnement des différentes fonctions de l’entreprise : technique, commerciale, financière, sécuritaire et comptable.

Le management suppose selon Fayol de savoir « prévoir – organiser – commander – coordonner – contrôler » : c’est le concept POCCC. Ce concept sera repris et appliqué aux processus de qualité (notamment par William Edwards Deming (1900- 1993) et il deviendra : PODC (planifier – organiser – diriger – contrôler).

Ce concept a vécu. Dans un monde du travail où les tâches sont de plus en plus segmentées, où le travail perd de son sens et où le désengagement gagne du terrain, le manager doit aussi trouver le moyen de (re)motiver ses collaborateurs. Leur donner « envie » de relever le défi de ce nouveau projet, de réaliser cette nouvelle tâche, par ex.

« Si tu veux construire un bateau, fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer. » Antoine de SaintExupéry

La notion de leadership est donc apparue dans le domaine du management.

A mon humble avis, la roue de Deming doit évoluer : planifier, organiser et contrôler, sont toujours à l’ordre du jour (même si les modalités ont peu être besoin d’évoluer). Il faudrait en revanche ajouter « donner envie de faire » et remplacer « diriger » (comme un chef d’orchestre dirige les musiciens) par « coordonner ».

Pour Larousse, un « leader » c’est une personne qui, à l’intérieur d’un groupe, prend la plupart des initiatives, mène les autres membres du groupe, détient le commandement.

Certains différencient nettement « leader » et « manager » (voir article complet Les Echos) :

« Leader » est un vieux mot anglo-saxon que l’on retrouve dans tout le nord de l’Europe et qui veut dire : route, chemin, la trace d’un bateau sur la mer. « Manager » vient du latin « manus », la main qui tient l’épée, la barre, les rênes d’un cheval. Les managers font bien les choses : les leaders prennent les bonnes décisions.

Je rejoins l’auteur sur le reste de l’article et notamment sur la phrase de la fin : Le leadership enfin, c’est le charisme et l’éthique réunis.

Je suis également d’accord avec Antonin Gaunand, pour lequel le leadership est :

  • La capacité d’une personne à influencer et à fédérer un groupe
  • Pour atteindre un but commun
  • Dans une relation de confiance mutuelle
  • Et pour une durée limitée…

…bien que je pense que la notion de leadership acquiert un caractère crucial et est appelée à devenir de plus en plus récurrente. En effet, le contexte économique mouvant (crise, nouveaux pays concurrents…) et les évolutions du marché (nouvelles clientèles, besoins…) requièrent une adaptation constante de la part des organisations et entreprises. On sait que les changements sont difficiles à mettre en place. Pour amener les salariés à les accepter, à les intégrer et à y prendre part il faut du leadership. Il ne suffit pas d’imposer une décision. Dans le management de projets, le leadership est à mon sens indispensable.

Mais alors est-on ou peut-on devenir leader ? Autrement-dit, le leadership est-il inné ou acquis ?

Face à la multiplication des formations sur cette thématique, il est important de se poser la question. A ce propos, les opinions divergent et je vous laisse découvrir la littérature en ligne et vous faire votre propre opinion.

A mon sens, le leadership se tapi en partie dans le caractère de la personne (son ouverture, son écoute, le respect des autres, sa façon de communiquer, son autorité, son charisme, sa capacité à cerner les gens, les situations, à synthétiser les informations, à prendre des décisions, à assumer leurs conséquences…) mais aussi dans les expériences vécues (personnelles, professionnelles, rencontres, échecs, réussites, changements voulus ou subis…) et l’éducation reçue (valeurs transmises par la famille, débats, réflexions,…).

Les formations peuvent donner des clés, aider à déceler les points faibles pour les améliorer, augmenter les capacités dans certains domaines… néanmoins on ne peut pas changer fondamentalement ce que l’on est.

Les entreprises ont besoin de managers et de leaders, si certains managers (ou le chef d’entreprise idéalement) possèdent une bonne dose de leadership, cela ne peut qu’être la cerise sur le gâteau.

Néanmoins, l’honnêteté et le « parler vrai » (paroles en accord avec les actes) sont indispensables pour tous ! Mais ça, c’est une autre histoire…

Bibliographie :

Publicités

Un commentaire sur “Le leadership : indispensable pour manager ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s