Loi El Khomri et autres réformes : quel impact sur l’emploi ?

sherlock-holmes-PixabaySi l’on en croit l’INSEE, le taux de chômage n’a fait qu’augmenter depuis 2008, passant de 7,1% à 9,9% en 2014, pour atteindre 10,1% de la population active métropolitaine en 2015 (selon le BIT). Sur cette période, on notera juste une très légère baisse de 0,1 point en 2011. Cette situation a certainement de nombreuses causes et l’objet de l’article n’est pas de les lister. Cependant, à l’heure ou une nouvelle loi vise à modifier le code du travail, il me semble intéressant de se pencher sur les effets (escomptés et réels) des différentes lois et mesures.

La loi « travail » ou dite « El Khomri » :

Cette loi parue au JO le 9 août 2016 – entre autres – assouplit la notion de « difficultés économiques » justifiant le licenciement économique (lire l’article dédié), donne la possibilité d’aménager le temps de travail sur 3 ans et sécurise le forfait en jours (lire l’article détaillé), réduit la surveillance de la santé des travailleurs en réservant la visite médicale d’aptitude aux salariés exerçant des métiers à risques (pour en savoir plus) et il renverse la hiérarchie des normes en donnant la primauté aux accords d’entreprise et modifie les règles de la négociation collective (connaître les détails).

L’étude d’impact – jointe au projet de loi présenté à l’Assemblée nationale – indique que le fait de refondre le droit du travail et de donner plus de poids à la négociation collective « participe à la réforme du marché du travail que le gouvernement a engagée depuis 2012 dans l’objectif de favoriser l’emploi ». La flexibilité croissante en matière de durée du travail, quant à elle, « renforce la compétitivité des entreprises, dans une perspective de relance de la croissance économique et par conséquent de l’emploi. » Enfin, l’étude affirme qu’« un dialogue social de meilleure qualité favorable à la performance des entreprises devrait favoriser l’emploi »… Seul les accords majoritaires en faveur de l’emploi ont clairement vocation à « préserver et développer l’emploi, et par conséquent, contribuer à la baisse du chômage ».

Selon le MEDEF, « en l’état, la loi El Khomri ne créera pas d’emplois » tandis qu’un institut de conjoncture proche du patronat prévoyait la création d’au moins 50 000 emplois/an en se basant sur la version du 24 mars de la loi. Mais l’effet positif serait totalement annulé en cas de taxation des CDD. (source)

Bref, vous l’aurez compris, les effets sur l’emploi de l’ensemble des dispositions prévues dans ce projet de loi sont plutôt incertains… et se manifesteront de manière indirecte. Point de miracle à attendre donc !

Même les économistes sont partagés. Pour certains, ce projet de loi ramène les travailleurs dans une situation précaire, comme au XIX° siècle, tandis que pour d’autres elle constitue une avancée pour les plus fragiles. Par ailleurs, les PME n’étant pas dotées de délégué syndical, elles ne peuvent pas négocier d’accords, et se voient donc exclues de la majorité des mesures prévues par la loi (explications)… or, on sait que ce sont les PME et les TPE qui créent l’emploi, en Europe et en France.

Lire l’article « Les PME n’ont pas besoin de la loi El Khomri (et c’est un patron qui le dit) » et découvrez les mesures que souhaite ce dirigeant. 

Alors quel est l’objectif de ce projet de loi ? Les propos d’Emmanuel Macron rapportés dans un article du Monde, nous éclairent : « la principale vertu de ce texte, ce n’est pas de faire baisser le chômage global à court terme, mais d’augmenter la probabilité pour chacun d’obtenir en un temps raisonnable, un emploi stable. » Augustin Landier, professeur d’économie, interprète ces propos : « On peut avoir 10% de chômage, si les gens retrouvent un emploi en trois mois, il n’y a pas de sujet grave ! » (source)

Qui a tort et qui a raison ? L’avenir nous le dira ! Penchons-nous désormais sur les dispositifs passés, qui étaient censés, eux aussi relancer l’emploi. Souvenirs, souvenirs…

La réduction de TVA des restaurateurs :

Après de longues négociations à Bruxelles, le 1er juillet 2009, le taux de TVA applicable dans le secteur de la restauration passe de 19,6% à 5,5%. En échange, les restaurateurs s’étaient engagés à baisser le prix de certains plats de leur carte (seul 20% l’ont effectivité fait), augmenter les salaires de leurs employés et créer 40 000 nouveaux emplois en deux ans.

In fine, cette mesure qui a coûté chaque année en moyenne 2,6 milliards d’euros à l’Etat n’a que permis de créer entre 6 000 et 9 000 emplois entre 2009 et 2012. La Cour des comptes avait indiqué que « la baisse du taux de TVA s’avère être un instrument de soutien à l’emploi moins efficace que les exonérations de cotisation sociales ». C’est peut-être d’ailleurs pour cette raison que le taux de TVA a été progressivement relevé à 7% en 2012 puis 10% en 2014. (source)

Je vous invite à lire mon article sur la fiscalité des entreprises : un graphique montre que la France est un des pays d’Europe où les entreprises paient le plus de charges sociales.

Le pacte de responsabilité et le CICE :

Annoncé en décembre 2013, ce « pacte » (incluant le CICE : crédit impôts compétitivité emploi) consiste à réduire les impôts et cotisations sociales des entreprises afin d’accroître leur compétitivité et les inciter à embaucher. Le coût global de la mesure était estimé à 41 milliards d’euros mais le gouvernement prévoyait aussi 0,5% de croissance supplémentaire et 500 000 emplois créés à horizon 2017. Fin 2014, le Haut Conseil des finances publiques mettait en doute l’effet vertueux de la mesure tandis qu’Emmanuel Macron estimait que le pacte était un échec ! (source)

Mécaniquement, ce sont les entreprises qui emploient le plus de personnel ayant un salaire inférieur à 2,5 SMIC qui perçoivent le plus de crédit d’impôt, or ce ne sont pas forcément celles qui en ont le plus besoin pour s’imposer sur le marché international ou pour investir dans des plans de développement… (lire cet article sur l’utilisation du CICE dans le secteur bancaire)

Que disent les chiffres ? Selon cet article de La Tribune, entre 2014 et 2016, 43 milliards ont été versés (ou non prélevés) aux entreprises, tandis que 120 000 emplois aurait été créés ou sauvegardés… mais ces allègements de charges auraient également permis d’investir et d’augmenter les salaires ! Même Manuel Valls a estimé que ceci n’était pas satisfaisant et a évoqué la possibilité de conditionner les aides. En effet, les accords de branches portant des engagements sur l’emploi ont été très peu nombreux…

Étrange d’augmenter les salaires, alors que le coût du travail est censé être un frein à la compétitivité… Rappelons au passage que l’instauration en janvier 2015 du salaire minimum (8,50€ bruts/heure) en Allemagne n’a pas eu l’effet catastrophique annoncé sur l’économie du pays. (source)

Bref, certains – comme moi – se joindront à l’avis de l’économiste Gérard Thoris : la demande – susceptible de remplir les carnets de commande des entreprises et susciter les embauches – « est partout atone quand elle n’est pas étranglée », ce qui, conjugué à la faible consommation des ménages (qui épargnent par crainte de l’avenir) et à la baisse des exportations dans la zone euro, n’est pas fait pour relancer le marché de l’emploi ! (source) En outre, le problème est que l’on ne possède pas de chiffres fiables sur l’impact de ces mesures puisque aucune étude indépendante n’a été lancée…

Un sondage Ifop pour la CGPME et KPMG indique que la principale préoccupation des dirigeants est « la faiblesse du chiffre d’affaires » (37%) tandis que les « démarches administratives, lourdeur du code du travail, ou le coût du travail » sont une difficulté pour 18% des interrogés.

La loi dite « Macron » :

La mesure ayant eu pour effet de libéraliser le marché du transport par autocar semble efficace. Elle a permis de créer 1 300 emplois directs en six mois, selon un rapport de France Stratégie (organisme rattaché à Matignon). (source) Selon les économistes de l’AFP, l’impact de cette loi sur l’économie nationale est « infinitésimal », environ un « demi dixième de point » (soit 0,05%) de croissance. Christopher Dembik, économiste de la banque danoise Saxo estime lui aussi que « les résultats sont assez minimes pour l’instant ». (source)

Enfin – et pour finir sur une note d’humour – je rappelle aussi à votre bon souvenir que le MEDEF avait annoncé fin 2014 que supprimer 2 jours fériés créerait 1% de croissance et 100 000 emplois. (source) Cette année 2016 étant bissextile, il y a un jour travaillé supplémentaire (29 février) et 2 jours fériés en moins en mai (ils tombent des dimanches)…

J’ai hâte de découvrir les chiffres de la croissance et de l’emploi pour 2016. 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s