« Où en sommes-nous ? » Emmanuel Todd

Cet ouvrage écrit par un anthropologue et historien nous plonge, comme l’indique le sous-titre, dans l’histoire humaine. Il aborde le système familial (primogéniture, patriarcat, matriarcat, exogamie, etc), l’impact du protestantisme sur l’alphabétisation, l’élévation de l’âge du mariage, la mobilité des jeunes et les corrélations qui peuvent être faites avec le système étatique, la politique, le fonctionnement du monde paysan ou la révolution industrielle.

J’ai trouvé un lien entre cet ouvrage et celui évoqué précédemment – « La logique de l’honneur » de Philippe d’Iribarne – car ils laissent tout deux apparaître une incroyable imbrication entre histoire (famille, société, culture) et économie. Je vous livre mes réflexions suite à la lecture de quelques paragraphes marquants.

A la conquête de l’Ouest… ou de l’esprit entrepreneurial.

L’auteur indique « au début du XIX° siècle, les 4/5 des Américains étaient encore des travailleurs indépendants, et vers 1870, un tiers ». Ceci s’explique notamment par le fait que l’Amérique s’est construite grâce aux immigrants européens qui se sont établis sur le continent et ont développé des activités agricoles et commerciales quand en Europe, les paysans – qui représentaient la majorité de la population – sont restés serfs ou métayers pendant des siècles avant d’aller grossir les rangs du prolétariat de l’ère industrielle.

Comment pouvons-nous développer l’esprit entrepreneurial et l’attrait pour l’innovation en France ? Récemment l’université du Havre a mis en place un partenariat avec une coopérative d’activité et d’emploi pour accompagner les jeunes étudiants qui veulent créer leur boîte via des CAPE (Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise).

La sophistication et la normalisation, nuisibles au développement ?

Plus loin, l’auteur explique que les Américains « sont en avance parce que peu sophistiqués. » Comme l’homo sapiens originel, l’Américain bouge, expérimente, se nourrit des tensions et complémentarités entre hommes et femmes, alors que certaines sociétés « se sont arrêtées, paralysées par l’invention de cultures sophistiquées abaissant le statut de la femme et détruisant la liberté créatrice des individus ».

Je rappelle ici que de nombreuses études ont démontré que si les femmes étaient pleinement intégrées au marché du travail et si l’égalité de traitement était respectée, le PIB mondial grimperait de près de 4%. Indubitablement, en se privant des capacités d’une partie de la population, les pays renoncent également à une partie de leur capacité de production et d’innovation…

M. Todd précise que « la famille souche, premier niveau de la patrilinéarité, [est] capable d’accélérer la croissance tant qu’elle ne devient pas un type anthropologique trop parfaitement normé. »

En lisant ces lignes, je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement avec la bureaucratie galopante dans certaines entreprises ou administrations, qui par l’excès de procédures, process et reportings en tout genre, rigidifie le fonctionnement, allonge le temps de prise de décision et nuit à l’agilité et à la performance de l’organisation. En d’autres termes… « une entreprise sans ordre est incapable de survivre ; mais une entreprise sans désordre est incapable d’évoluer.» Bernard Nadoulek

Quelle gouvernance pour un développement économique durable ?

L’ouvrage révèle également qu’en Angleterre, tout comme aux Etats-Unis, la transformation politique a précédé la montée en puissance économique.

Par ricochet, je pense que la gouvernance influe sur le modèle de développement économique de l’entreprise et qu’il est donc primordial qu’elle soit suffisamment agile, souple pour permettre les transformations qui seront nécessaires dans le futur… car « rien n’est permanent, sauf le changement. » (Héraclite)

Suggestion de lecture : Ethique et gouvernance d’entreprise, Revue Management & Avenir, 2010 en lien avec cet article publié dans Les Echos (26/01/2018) à propos de Nestlé ou encore, l’affaire Volkswagen.

Plus surprenant, l’auteur fait le lien entre la globalisation de l’économie et le taux de mortalité (alcoolisme et suicide) aux Etats-Unis. Ainsi les comtés directement affectés par la concurrence chinoise sur le plan industriel ont vu leur taux de mortalité augmenter de manière spécifique.

Nous mesurons ici l’impact social d’un développement économique court-termiste et par conséquent, tout l’intérêt d’une démarche RSE.

Quelle éducation pour les citoyens (et créateurs de valeur) de demain ?

En outre, l’éducation supérieure protège désormais davantage contre la chute sociale qu’elle n’ouvre la voie à l’ascension. L’intérêt pour les études universitaires révèle donc une quête de sécurité plutôt qu’un désir d’émancipation intellectuelle. Cependant, pour accéder aux grandes écoles, aux universités les plus prestigieuses et obtenir le précieux sésame, les étudiants sont contraints d’adopter une attitude de soumission et de conformisme pour réussir les tests ou concours d’entrée L’auteur compare ces jeunes endettés dont les premières années de travail seront destinées à rembourser leur prêt étudiant aux émigrants européens qui trimaient des années pour rembourser leur passage outre-Atlantique.

Si le coût des études en France est dans la moyenne européenne (comme le montre l’étude Eurydice de la Commission Européenne), les frais de scolarité pratiqués par les écoles de commerce s’envolent (+18,5% entre 2011 et 2014) et atteignent en moyenne 11 000€/an. Par ailleurs, avoir un Bac+5 en poche ne garantit pas un emploi… puisque selon une enquête Apec, près de 40% recherchent toujours un job un an après leur diplôme. Alors ne faut-il pas privilégier la qualité, la pertinence, l’adaptation au marché de l’emploi plutôt que le nombre d’années d’études ?

Enfin, pour boucler la boucle et faire le lien avec le premier sujet évoque : ne serait-il  pas grand temps de former les jeunes, futurs citoyens et actifs, à la gouvernance et à la stratégie d’entreprise afin qu’ils puissent y participer efficacement ou se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ? Pour approfondir ce dernier point, je vous invite à lire la dernière partie de l’article publié dans la revue Management & Avenir (2010).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.