AT-MP : à quand une revalorisation des indemnisations ?

prevention-zhaolifang-vecteezyQuand on se plonge dans les méandres de la santé et de la sécurité au travail (SST), il y a un sujet sur lequel il ne faut pas manquer de se pencher : la réparation des victimes d’accidents ou de maladies. De nombreuses voix s’élèvent régulièrement contre la vétusté des tableaux des maladies professionnelles et la difficulté de faire reconnaître une maladie non inscrite ou ne remplissant pas tous les critères. Alors que la loi « El Khomri » réforme la médecine du travail et « cible les moyens sur les salariés exposés à des risques particuliers », quelle considération pour la vie ?

Pour lire la suite cliquez ici.

Hommes, femmes, tous égaux face aux maladies professionnelles ?

égalité homme-femme au travailLa Constitution française, le Code du travail, les conventions internationales le proclament, hommes et femmes sont égaux en droit. Mais il faut bien le reconnaître, nous ne sommes pas tous égaux devant la maladie et la mort, à cause de notre patrimoine génétique ou des spécificités biologiques. Les femmes seraient ainsi beaucoup plus sensibles aux substances chimiques (perturbateurs endocriniens). Faut-il intégrer une dimension de « genre » dans les mesures de prévention des risques au travail ? Cela ne va-t-il pas à l’encontre du principe d’égalité de traitement ?

Pour lire la suite de l’article publié chez les éditions Tissot, cliquez ici.

En décembre 2015, la Commission européenne a été condamnée par la Cour de Justice de l’Union européenne pour avoir manqué à ses obligations concernant les perturbateurs endocriniens. En effet, celle-ci devait publier avant décembre 2013 les critères permettant de définir ces molécules pour éventuellement les interdire dans le futur. (source : Le Monde) Les maladies et troubles attribuables aux perturbateurs endocriniens coûteraient 157 milliards d’euros à l’Europe chaque année (soit 1,23% du PIB).

Pour aller plus loin sur ce sujet, vous pouvez regarder le reportage (48 minutes) d’Envoyé Spécial.